5 erreurs à éviter lorsqu’on adopte un chien

Avoir un animal de compagnie, notamment un chien, est un désir partagé par beaucoup d’entre nous. Pourtant, de nombreuses personnes s’y lancent sans trop y réfléchir. En proie à un désir irrésistible de vivre cette expérience, ils sous-estiment le travail et la responsabilité qu’elle implique. Dans cet article, vous trouverez alors les 5 erreurs les plus fréquentes lorsqu’on adopte un chien et des conseils pour les éviter.

Erreur n°1 : se lancer sur un coup de tête

Voici l’un des pièges dans lequel de nombreux sujets, hommes et femmes, qui ont décidé d’adopter un animal domestique sont tombés : sauter le pas sur un coup de tête. Nous comprenons la difficulté à résister à la tentation d’un chiot à adopter, surtout lorsque l’occasion se présente naturellement. Un ami vous propose de devenir la nouvelle famille d’un petit caniche et vous avez du mal à dire non, face à cette boule de poils si attendrissante. Ce que vous devez savoir, c’est cette adoption implique des responsabilités. C’est généralement un choix et un engagement que vous allez devoir engager pendant plusieurs années. Ne prenez donc pas cette décision à la légère et essayer de savoir à l’avance si vous serez disponible pour cet animal pour lui fournir de la nourriture au quotidien, le laver et lui apporter certains soins comme la vaccination et la stérilisation par exemple.

Erreur n°2 : le manque de discipline

Adopter un chien n’est pas uniquement de câlin et de promenade en pleine nature. Votre animal doit se tenir aux règles pour votre bien et le sien tout autant. Essayez alors d’instaurer un mode de conduite et d’apprendre à votre animal à les respecter. La première chose que vous devez inculquer à votre nouveau compagnon, c’est de faire ses besoins dehors. Pour cela, même si vous êtes fatigué ou occupé, vous devez trouver des horaires fixes pendant lesquels vous le sortez à l’extérieur de la maison surtout si vous habitez dans un appartement. De plus, vous devez vous mettre d’accord avec tous les membres de votre famille sur les règles à suivre. Si vous lui interdisez de monter sur le lit de la chambre à coucher alors que votre partenaire l’autorise à le faire, cela risque de le perturber. Contrairement aux idées reçues, les chiens de race ne sont pas plus faciles à dompter que les autres. Ils réagissent tous plus ou moins pareil aux instructions et peuvent devenir docile ou au contraire très agités. Tout dépend de vous !

Erreur n°3 : rater l’étape de la socialisation

Malgré tout l’amour et l’intérêt que vous pouvez exprimer, le bien-être animal dépend aussi de son épanouissement en groupes. Votre chien aura toujours besoin d’être en contact avec d’autres animaux notamment des chiens. Pour cela, prévoyez des balades en plein air avec des amis ou voisins qui ont eux-aussi un animal de compagnie. Cependant, soyez attentif aux interactions entre les animaux. Si vous avez un petit chiwawa, ce serait imprudent voire dangereux de le laisser côtoyer de gros chiens. Il risque ainsi des blessures et des traumatismes qu’il aura du mal à dépasser. Les éleveurs confirmés insistent sur l’importance de la socialisation surveillée. Enfin, les répercussions psychologiques de l’isolation d’un chien de ses semblables ne doivent pas être négligées même si vous avez l’impression que votre présence, celle de votre famille et vos enfants lui est bénéfique.

Erreur n°4 : le manque de stimulation

Un chien avec un caractère vivace est un chien exposé à différents types de stimuli. En effet, ces animaux domestiques ont beaucoup d’énergie surtout lorsqu’ils sont en bas-âge. Vous devez donc faire en sorte de leur offrir un environnement qui les challenge et repousse leurs limites. La stimulation physique peut prendre la forme d’exercices pendant lesquels le chien est amené à bouger et à interagir avec son maître. Autrement, il risque de développer un comportement agressif au moindre événement. Notez que la sollicitation mentale est tout aussi importante. Votre chien doit changer d’air régulièrement. N’hésitez pas à l’emmener avec vos en camping et chez des amis s’ils possèdent un grand espace jardin ou vivement dans une ferme.

Erreur n°5 : la solitude prolongée

Laisser son animal seul à la maison ne constitue pas un problème en soi. La véritable erreur est de le laisser trop souvent et trop longtemps seul. Il risque ainsi de développer le syndrome de l’abandon qui se traduira dans son comportement. Si vous constatez que votre petit chiot est de plus en plus renfermé sur lui-même et qu’il ne réagit plus à vos stimulations, vous devez être plus présent.