Règles de base pour un chat en bonne santé

Les propriétaires de chats veulent que leur chat reste en forme et heureux pendant longtemps. Pour avoir un chat vivant et en bonne santé, il y a quelques règles de base à respecter. De nombreuses maladies peuvent être traitées de cette manière.

Un chat en bonne santé n’est pas une chose évidente. Tout comme les humains, les nez poilus doivent suivre quelques règles de base pour rester en forme et heureux le plus longtemps possible. Comme leur ouvre-boîte, vous pouvez aider la patte de velours à le faire.

Une alimentation saine pour un chat en bonne santé

Non seulement pour les humains, mais aussi pour les chats, une alimentation saine et équilibrée est importante pour prévenir les maladies causées par des symptômes de carence ou de surpoids. Mais contrairement aux humains, le chaton est avant tout un carnivore. Elle mange aussi des trucs verts comme l’herbe, mais ce n’est qu’un complément pour elle et ne peut pas remplacer la viande. Les aliments pour chats doivent contenir beaucoup de protéines de haute qualité et de la taurine. L’herbe à chat ou l’herbe normale du jardin contient de l’acide folique, qui est également important pour les pattes de velours. Les tiges aident également à cracher des boules de poils. Il est conseillé de toujours fournir un bol d’herbe à chat fraîche, en particulier pour les poissons-chats domestiques.

Veillez également à ce que votre nez en fourrure boive suffisamment d’eau. Placez des écuelles ou des fontaines à chat à plusieurs endroits dans l’appartement afin d’encourager votre chat à boire. Les chats n’aiment souvent pas avoir de l’eau juste à côté de leur nourriture. En cas de doute ou d’incertitude, demandez conseil à votre vétérinaire. N’attendez pas trop longtemps si votre chat perd soudainement du poids ou n’aime pas manger, et a également l’air malade. Il pourrait y avoir une maladie derrière tout cela. De plus, les pattes de velours ne peuvent pas constituer de réserves de nutriments comme les humains. C’est pourquoi un approvisionnement régulier en nourriture appropriée est essentiel pour un chat en bonne santé.

Aliments humides ou aliments secs ?

La question de savoir si un chat en bonne santé doit manger de la nourriture humide ou de la nourriture sèche, les esprits se divisent. D’une part, on dit que les aliments secs contiennent trop de calories et favorisent le surpoids. D’autre part, elle peut aider à l’hygiène dentaire, car les morceaux sont plus difficiles à mâcher et peuvent donc éliminer la plaque dentaire. Il est préférable de choisir le juste milieu et d’alterner nourriture humide et sèche.

N’oubliez pas les bonnes précautions

En plus d’un régime alimentaire approprié, il est également important de prendre des précautions minutieuses pour s’assurer que votre chaton reste en bonne santé pendant une longue période. Même les chatons doivent être vaccinés contre les maladies typiques des chats, comme le rhume des chats ou la peste féline. Plus tard, notamment pour les chats d’extérieur, la vaccination contre la rage et la leucose sera ajoutée. En outre, il est logique de se rendre chez le vétérinaire au moins une fois par an pour un bilan de santé. La vermifugation régulière fait également partie des mesures préventives. Pour les chats d’intérieur purs, un traitement vermifuge est souvent suffisant.

La vaccination du chat est-elle obligatoire ?

Vous êtes l’heureux propriétaire d’un chat ou d’un petit chaton et vous vous interrogez sur les vaccins obligatoires qu’il doit recevoir ? La loi française vous impose en effet de vacciner votre animal de compagnie dans le cas où vous voyagez à l’étranger. Par ailleurs, de nombreuses pensions ou garderies pour chats n’accueilleront votre animal que si ce dernier est bien à jour au niveau de ses vaccins.

Alors, contre quelles maladies doit-on vacciner le chat ? Et à quel âge ?

De l’opportunité de la vaccination du chat

Tout au long de leur vie, et même pour ceux qui ne quitteront jamais l’appartement, les chats sont exposés à des maladies infectieuses qui peuvent parfois leur être fatales. La vaccination est le moyen le plus efficace de les protéger, les maintenir en bonne santé et d’augmenter leur espérance de vie. Un vaccin vous évitera par ailleurs les soins parfois onéreux engendrés par certaines maladies du chat.

Pratique ! À l’occasion d’une vaccination, votre vétérinaire effectue systématiquement le bilan de santé de votre animal de compagnie.

Quelles sont les maladies contre lesquelles le chat doit être vacciné ?

La rage

En France, la maladie a quasiment disparu. C’est à l’étranger que les cas de contamination peuvent avoir lieu. Dans la mesure où la maladie est transmissible à l’homme, principalement par morsure, la loi vous impose la vaccination antirabique.

Dans le cas d’un voyage à l’étranger, vous devez présenter aux autorités compétentes la preuve que votre animal est bien vacciné. Il s’agit bien là d’une obligation légale.

Pour plus d’informations, consultez le site du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Le typhus

Très contagieux, le typhus est une maladie virale particulièrement dangereuse pour le chat. Dans la plupart des cas, la maladie est mortelle. Votre chat doit absolument être protégé par un vaccin.

Comment se transmet-il ? De chat à chat, par voie nasale ou orale.

Attention ! Vaccinez votre chat même si celui-ci ne sort jamais de la maison. À l’air libre, le virus est très résistant. Il peut se retrouver sur vos chaussures ou vos vêtements.

Quels sont les symptômes ? Diarrhées, fièvre, vomissement, déshydratation, fatigue.

La leucose

Une fois contaminé, votre chat le restera toute sa vie car la leucose est un rétrovirus, bien souvent surnommé le SIDA des chats. Comment se transmet-elle ? De chat à chat par voie naturelle (sexuelle, salive, urines, sang).

Quels sont les symptômes ? Ils peuvent mettre longtemps à apparaître. Le plus souvent, il s’agit de ganglions, d’anémie, d’amaigrissement, de tumeur. Une fois déclarée, la maladie est, dans la plupart des cas, malheureusement mortelle.

Le coryza

À nouveau, cette maladie peut être mortelle pour votre chat. Des bactéries ou des virus en sont la cause et le chat peut malheureusement être contaminé même s’il ne sort jamais de la maison.

Comment se transmet-il ? De chat à chat principalement mais le virus peut être apporté de l’extérieur et atteindre votre animal. Quels sont les symptômes ? Conjonctivite infectieuse, yeux rouges, toux, éternuements, nez bouché ou écoulement nasal, ulcère dans la bouche, fièvre, amaigrissement, déshydratation.

Quand faut-il vacciner le chat ?

Les défenses immunitaires du chaton sont faibles, surtout lorsque ce dernier n’est plus alimenté par le lait maternel. Faites vacciner votre chat au plus tôt : l’âge de 2 mois est idéal. (Pour le vaccin antirabique, votre chat doit être âgé de 3 mois minimum).

Suite à la première injection, les rappels sont nécessaires. Votre vétérinaire vous tient informé.

Tout au long de sa vie, il est utile de consulter le vétérinaire pour le bilan santé de votre chat. Plus votre animal vieillit et plus ses défenses immunitaires baissent. Pour réactiver les anticorps qui le protègent des maladies mortelles, les rappels sont bénéfiques.

La vermifugation du chaton par un professionnel

Il est courant pour les jeunes chatons d’avoir des vers. Si l’infestation n’est pas traitée, elle peut entraîner des maladies graves. Heureusement, une fois que le problème est identifié, il est facile de se débarrasser de ces parasites. On conseille généralement d’effectuer la première vermifugation du chaton vers 3 semaines, puis de nouveau toutes les trois à quatre semaines. Ceci n’est cependant qu’une indication générale, seul un vétérinaire pourra vous dire exactement à quelle fréquence vous devez faire traiter vos chats. Dans les refuges pour animaux, la vermifugation doit être fait particulièrement souvent, car les chatons y arrivent malheureusement bien souvent dans un mauvais état.

Vermifugation du chaton : consulter un vétérinaire

Différents types de vers nécessitent différents types de médicaments. Seul votre vétérinaire saura reconnaître précisément le type de vers dont votre chat est la victime, et vous prescrire le traitement adéquat. Même si vous décidez de traiter votre chaton à la maison avec un vermifuge, il devra commencer à effectuer des visites régulières chez le vétérinaire à partir de six mois. Le médecin vérifiera à ce moment-là un échantillon de matières fécales, pour voir si votre petit compagnon n’a pas été attaqué par des vers, et, le cas échéant, il sera également capable d’en identifier la nature.

Symptômes d’une infestation par les vers chez les chatons

Les chats sont parfois très doués pour cacher les symptômes d’une maladie. Certains indices peuvent cependant vous révéler si votre petit chat ne se sent pas bien.

L’infestation par des vers est généralement perceptible car le chat vomit des vers, ou les sécrète dans ces fèces. En outre, cela peut entraîner des problèmes de pelage ou des troubles de la croissance du chat.

Vermifugation du chaton : le bon cycle de déparasitage

La plupart des traitements du chat sont autorisés à partir de l’âge de quatre à six semaines. Lisez bien la notice avant d’administrer un médicament. Avant de vermifuger votre chat, pesez-le et assurez-vous d’adapter le dosage à son poids.

En cas d’infestation, il est conseillé de répéter le traitement au bout de deux semaines. On dit généralement que les larves et les œufs de vers sont également tués par ce type de traitement, mais ce n’est pas garanti à 100%.

Consulter votre vétérinaire pour savoir si votre chat doit recevoir un traitement soumis à prescription. Selon le type d’infestation, il existe différents médicaments. Certains d’entre eux combattent les ankylostomes, les vers ronds et les ténias. D’autres sont ciblés contre les ténias, vous pouvez les utiliser si les excréments de votre chaton semblent indiquer une infestation par ce ver.

Que faire en cas de vers chez le chaton ?

Si vous pensez que votre chaton a des vers, commencez par récolter ses excréments dans un sac plastique. L’idéal est de prélever des échantillons sur trois jours. Le vétérinaire sera alors en mesure de déterminer si les vers sont responsables des éventuels vomissements, ou s’il y a une autre cause. En effet, ce symptôme peut indiquer diverses maladies, dont certaines relativement inoffensives. En tous les cas, consultez toujours un vétérinaire pour en avoir le cœur net.

Ver du poumon (Aelurostrongylus abstrusus)

Le parasite du poumon le plus répandu est le ver du poumon. En Allemagne, où il a été découvert, on sait que plus de 15 % des chats sont infectés par ce ver, mais il est sans doute sous-diagnostiqué en France.

Les larves du ver pulmonaire éclosent dans les voies respiratoires du petit chat. Ils peuvent être transportés vers d’autre parties du corps lorsque le chat tousse ou avale. Le chat a alors d’abord du mal à respirer, et le ver peut ensuite être propagé au tractus gastro-intestinal. Ces difficultés respiratoires peuvent entraîner la mort du chaton.

Si elle est traitée avec un médicament prescrit par un vétérinaire, la toux disparaîtra après quelques jours. Malheureusement, vous ne pouvez pas espérer d’amélioration visible dès le premier jour. En effet, le corps du chaton doit d’abord éliminer les vers morts. Ce processus peut entraîner d’autres réactions inflammatoires. Ce n’est qu’après cela que les voies respiratoires endommagées pourront se régénérer. Les symptômes disparaîtront alors lentement.

Le ver pulmonaire provient parfois des proies du chat comme les oiseaux, les lézards ou les souris. Le ver rond pénètre alors dans le chat lorsqu’il ingère sa proie.

Les chats d’intérieur ne risquent pas d’être infectés de cette façon. Cependant, ils peuvent parfois être infectés via des hôtes dits intermédiaires, par exemple lorsqu’ils mangent ou mordillent un escargot dans le jardin, ou même lorsqu’ils lèchent sa bave.

Évaluer le risque d’infestation pour votre chaton

Le risque d’infection parasitaire dépend de plusieurs facteurs. Cela peut par exemple arriver si votre chaton entre en contact avec les excréments d’autres animaux. Votre vétérinaire pourra également vos donner de plus amples informations sur ce point. Si nécessaire, par exemple si vous avez de jeunes enfants, le vétérinaire pourra recommander une vermifugation mensuelle pour votre chaton, car les petits sont particulièrement vulnérables aux vers.