Les vaccinations peuvent vous rendre malade même les chiens

Les animaux domestiques reçoivent beaucoup trop de vaccins. Informez-vous sur les vaccinations nécessaires et inutiles et protégez votre chien contre les conséquences néfastes.

Vaccinations au profit du vétérinaire

Normalement, le propriétaire du chien, du chat et du furet est tenu de se faire vacciner chaque année. Malheureusement, la raison n’en est pas la préoccupation globale du vétérinaire pour le bien-être des animaux de compagnie, mais son désir d’une pratique florissante.

Ainsi, les programmes de vaccination couramment utilisés aujourd’hui constituent la base économique de nombreuses pratiques vétérinaires, mais dans leur diversité et leur fréquence, ils peuvent rendre les animaux malades. Il incombe maintenant au détenteur de l’animal de s’informer et de décider ensuite dans l’intérêt de la santé de son animal.

Vaccinations superflues

Ce n’est que récemment que l’organisation britannique de protection des animaux Canine Health Concern a annoncé que les vaccins pouvaient rendre les chiens malades. Les compagnies pharmaceutiques et les vétérinaires utiliseraient des méthodes subtiles pour faire pression sur les propriétaires de chiens afin qu’ils fassent vacciner leurs animaux plus souvent que nécessaire. Les multiples vaccinations des chiots, généralement trois fois de suite, pourraient notamment causer de graves problèmes.

Selon Canine Health Concern, l’autisme et l’épilepsie ont pu être observés chez plusieurs chiots après des vaccinations intensives. Catherine O’Driscoll, qui est devenue critique en matière de vaccination en raison de maladies chroniques et de la mort prématurée de ses chiens, est la porte-parole de Canine Health Concern.

Dommages causés par la vaccination : oui ou non ?

La recherche sur les dommages causés par la vaccination chez l’homme laisse beaucoup à désirer. Il n’y a probablement tout simplement pas de sponsors intéressés par ces études. Il est compréhensible que la situation des données pertinentes concernant les animaux de compagnie soit encore plus déficiente.

Les pratiques vétérinaires qui sont censées enregistrer les dommages causés par la vaccination ne le feront bien sûr que si elles estiment que le symptôme en question est un dommage causé par la vaccination. Ce n’est le cas que si le symptôme se manifeste dans les trois jours (généralement) suivant la vaccination et qu’aucune autre raison ne peut être trouvée. Bien sûr, les vétérinaires sont très doués pour trouver d’autres raisons pour lesquelles les dommages causés par la vaccination sont extrêmement rares dans les enquêtes menées dans les cliniques vétérinaires. La réalité montre une image différente.

Additifs nocifs dans les vaccins

Les vaccins pour animaux contiennent à peu près les mêmes additifs que ceux pour l’homme. Le thiomersal est un composé de mercure hautement toxique qui peut endommager le système nerveux. L’hydroxyde d’aluminium est également un poison pour les nerfs et peut provoquer des modifications tissulaires au point d’injection (granulomes ou sarcomes chez le chat).

Les autres additifs sont le formaldéhyde, les antibiotiques, les protéines étrangères et les adjuvants pour l’huile. Ces derniers avaient déclenché des maladies auto-immunes telles que l’arthrite, les rhumatismes et le lupus érythémateux dans le cadre d’expériences sur les animaux.

Les conséquences négatives de la vaccination

L’une des conséquences les plus connues de la vaccination est le sarcome dit de vaccination chez le chat, déjà mentionné, un cancer généralement mortel qui se développe au point d’injection privilégié.

Cette dernière susceptibilité aux infections, ainsi que les maladies auto-immunes de plus en plus fréquentes, sont particulièrement associées à l’immunosuppression provoquée par la vaccination.

Cela se manifeste par une modification du système immunitaire, non seulement dans la formation d’anticorps souhaitée, mais aussi par une modification générale de l’équilibre naturel du système de défense. Officiellement, cela n’est pas considéré comme un motif d’inquiétude. On ignore dans quelle mesure ce “déplacement” du système immunitaire a un effet à long terme.

Dommages causés par la vaccination après la vaccination contre la maladie de Carré

La vaccination contre la maladie de Carré peut avoir deux effets secondaires très spécifiques. Premièrement, l’encéphalite par le virus de la vaccination contre la maladie de Carré, qui peut survenir une à deux semaines après la vaccination et qui est généralement mortelle.

Deuxièmement, l’immunthrombocytopénie, qui entraîne des hémorragies internes, peut être observée en raison de saignements de nez et peut être contrôlée par des médicaments. L’immunisation de base contre la maladie de Carré peut être considérée comme acceptable, mais pas les rappels annuels, qui n’ont aucun fondement scientifique.

Les produits combinés font plus de mal que les vaccins individuels

Aujourd’hui, les vaccins individuels ne sont presque jamais administrés. Les chiens reçoivent couramment des produits dits de combinaison. Dans le carnet de vaccination, il y a généralement une étiquette (ou plusieurs étiquettes) avec, par exemple, la séquence de lettres suivante : SHPPi/LT. Derrière cette étiquette se cache un vaccin sextuple contre la maladie de Carré (S), l’hépatite (H), le parvovirus (P), le virus parainfluenza (Pi, = toux de chenil), la leptospirose (L) et la rage (T).

Bien sûr, il existe d’autres vaccins à la disposition du passionné, qui sont souvent fortement recommandés par son vétérinaire, comme par exemple contre la maladie de Lyme ou le tétanos. Vous pouvez dire dès le départ que ces derniers sont inutiles. Ceux contre la borréliose sont très controversés et le tétanos n’apparaît pratiquement jamais chez les carnivores.

La raison de trois vaccinations de chiots ou plus

Beaucoup de gens pensent que les nombreuses vaccinations multiples des chiots renforcent sans cesse la protection vaccinale. Ce n’est malheureusement pas vrai. Les chiots ne sont vaccinés que plusieurs fois de suite car tant qu’ils bénéficient encore de la protection dite du nid, c’est-à-dire qu’ils sont équipés des anticorps de leur mère ils ne réagissent pas aux vaccinations comme souhaité (avec la nouvelle formation d’anticorps et le développement d’une mémoire immunitaire).

Comme il est interdit de dire avec certitude si la protection du nid disparaîtra à 8, 10, 12 ou 14 semaines ou même plus tard, tout le monde se contente de vacciner plusieurs fois et on espère qu’au moins une des nombreuses vaccinations fera effet.

Malade malgré la vaccination ?

Si des chiens tombent malades avec la maladie correspondante malgré la vaccination, ce qui arrive encore et encore, cela peut avoir différentes raisons. Dans le cas de vaccins vivants comme le virus de la maladie de Carré, par exemple, un accident peut s’être produit pendant la production du vaccin. Soit le vaccin a été trop affaibli (de sorte qu’il n’entraîne plus de réponse immunitaire), soit il n’a pas été suffisamment affaibli pour que le chien puisse tomber malade à la suite du vaccin.

Toutefois, il est beaucoup plus fréquent que les animaux vaccinés soient atteints par la maladie contre laquelle ils sont effectivement vaccinés, car il existe différentes souches de l’agent pathogène (qui peuvent également changer constamment) et, en fin de compte, il n’est pas possible de les vacciner toutes.

Aucun vétérinaire ne parle de la durée réelle de la vaccination

Les directives américaines de 2003 sur la vaccination des chiens contiennent un tableau indiquant la durée de protection des différents vaccins. Via ces informations, s’interroger sur les rappels annuels prétendument nécessaires est impossible.

Alors pourquoi faut-il faire subir des vaccinations aux animaux CHAQUE année ? Les chiens et les chats ont un merveilleux système immunitaire, tout comme les humains. S’il convient de partir du principe que les vaccins ont l’effet que leur théorie plausible mais controversée rend compréhensible, alors la protection contre une maladie dépend de la soi-disant mémoire immunitaire.

Le vaccin garantit ainsi que le système immunitaire traite un pathogène atténué ou mort et forme des anticorps contre lui. Si le véritable agent pathogène apparaît à un moment donné, le système immunitaire le connaît déjà et le détruit sans problème.

Une protection même sans anticorps ?

De nombreuses études ont montré que les chiens et les chats avaient des anticorps dans le sang non seulement pendant une seule année après la vaccination, mais aussi pendant de nombreuses années. En outre, des tests d’infection expérimentaux ont montré que même des titres faibles ou non détectables (taux d’anticorps) n’étaient pas synonymes d’absence de protection, ce qui signifie que même les animaux qui n’avaient plus d’anticorps détectables (ce qui est tout à fait possible plusieurs années après la vaccination) ne tombaient pas malades lorsqu’ils entraient en contact avec l’agent pathogène.

Les revaccinations annuelles ne sont pas nécessaires

Ce dernier pourrait bien sûr aussi mettre en évidence un aspect tout à fait différent, à savoir que la vaccination n’a rien à voir avec la sensibilité aux maladies, mais que des choses et des conditions tout à fait différentes sont peut-être à l’origine de la maladie d’un animal ou non. Cependant, nous continuons à supposer que les vaccinations sont efficaces.

De ce point de vue, les études susmentionnées signifient que le système immunitaire des animaux n’a pas besoin d’une nouvelle “mémoire”, c’est-à-dire d’une vaccination répétée, chaque année, mais qu’il peut se souvenir de l’agent pathogène même de nombreuses années après la vaccination et sans rafraîchissement intermédiaire, et reste donc immunisé.

Est-ce que tun ?

Un animal ne doit être vacciné que lorsqu’il est en parfaite santé. Si un vétérinaire n’examine pas l’animal de manière approfondie avant la vaccination, s’il ne répond pas de manière satisfaisante aux questions du propriétaire et/ou s’il ne remet pas la notice du vaccin, il est préférable de quitter le cabinet (même avant la vaccination) et de chercher un vétérinaire plus coopératif.

Il convient également de préciser à l’avance si le vétérinaire est prêt à inscrire dans le passeport une période de protection de trois ou quatre ans lors de la vaccination contre la rage. (Plus d’informations à ce sujet ci-dessous sous la rubrique “Attention : vaccination contre la rage uniquement tous les trois ou quatre ans”)

Vaccination de base des chiots : la maladie de Carré et la parvovirose

Afin d’épargner à un chiot (ou à une portée) de nombreuses vaccinations multiples, les anticorps maternels peuvent être déterminés par des tests sanguins. Comme la demi-vie de ces anticorps est connue (demandez au laboratoire), il est possible de calculer quand la protection du nid a disparu et donc quand le moment idéal pour la vaccination sera atteint. Deux semaines après la vaccination, un test de titrage peut être organisé pour montrer si la vaccination a réussi.

De cette façon, un chiot peut recevoir une immunisation de base avec une seule vaccination. Pour cette première (et aussi la seule) vaccination, les propriétaires de chiens qui critiquent la vaccination insistent sur une combinaison de deux, au maximum trois vaccins. Si le vétérinaire ne peut obtenir la combinaison de la maladie de Carré et de la parvovirose, il choisit la triple combinaison de la maladie de Carré, de la parvovirose et de l’hépatite, l’hépatite étant extrêmement rare chez les chiens.

Vaccination de base contre la rage

En ce qui concerne la vaccination antirabique, il a souvent été observé que les chiens jusqu’à l’âge de quatre mois n’acquièrent pas une protection suffisante, c’est pourquoi une vaccination pour les chiots de moins de quatre mois entraîne généralement une autre vaccination antirabique. En conséquence, certains propriétaires de chiens traitent la question de telle sorte qu’ils ne permettent pas à leurs chiens d’être vaccinés contre la rage avec un seul vaccin avant que leurs dents aient été changées. Le rafraîchissement a lieu ensuite après trois ans.

Que cela soit nécessaire ou non, ce n’est pas nécessaire dans ce cas, car la mise au lit d’un chien sans vaccination antirabique valide peut être ordonnée par le tribunal si le chien pour quelque raison que ce soit, même s’il a été provoqué ou s’il a seulement riposté devait craquer à un moment donné.

Attention : la vaccination contre la rage se fait uniquement tous les trois ou quatre ans

De nombreux vaccins antirabiques ont officiellement une période de protection vaccinale allant jusqu’à trois ans, et jusqu’à quatre ans chez les chats. Les vétérinaires, qui souhaitent vous voir dans leur cabinet au moins une fois par an, sont toutefois plus qu’heureux d’inscrire dans le certificat de vaccination une protection vaccinale d’un an seulement.

Pour le propriétaire de l’animal, cela signifie donc ici de clarifier deux choses avant la vaccination antirabique de préférence par téléphone : Le vétérinaire concerné a-t-il en stock le vaccin souhaité pour trois ou quatre ans (sinon, peut-il le commander ?) et est-il prêt à inscrire la période de protection de trois ou quatre ans dans le passeport.

Dans tous les cas, il est recommandé de suivre une formation complémentaire dans la littérature spécialisée et de décider ensuite en connaissance de cause de ce qu’il faut vacciner et à quelle fréquence.

En particulier, n’oubliez pas que l’état de santé et la résistance d’un animal ne dépendent pas uniquement des vaccinations administrées (si tant est qu’elles le soient), mais dans une bien plus large mesure de son mode de vie et de son alimentation.