Le chat a des taches chauves dans le pelage : causes possibles

Une certaine perte de poils est parfaitement normale chez les chats, une perte de poils excessive, qui provoque des taches chauves dans le pelage du chat, mais non. Les causes peuvent être physiques ou psychologiques et doivent être recherchées d’urgence.

Dans le cadre du processus de changement de pelage, votre chat peut perdre plus de poils qu’il n’en réplique. Si la perte de poils se produit en touffes, de sorte que même les taches chauves peuvent être vues dans le pelage, il est important de faire attention et de trouver la cause. Les raisons de la calvitie dans le pelage d’un chat peuvent être multiples.

Le chat perd sa fourrure : la FSA est-elle derrière tout ça ?

Les taches chauves dans le pelage se produisent lorsque les chats se brossent excessivement et lèchent trop leur fourrure. La langue du chat a des papilles dures, avec lesquelles le chat arrache ses poils, pour ainsi dire.

Cette maladie est connue sous le nom d'”alopécie féline auto-induite”, ou FSA en abrégé. La maladie peut être observée chez les chats de toute race et de tout sexe, généralement à partir de l’âge d’au moins un an.

Souvent, les nez en fourrure s'”épilent” en secret et le propriétaire de l’animal ne remarque rien, de sorte que ce n’est que lorsque les premières calvities sont découvertes que la question se pose de savoir ce qui ne va pas chez le chat.

Les parasites sont la cause la plus fréquente de calvitie dans la fourrure

Si le chat perd ses poils et devient chauve, cela peut également être dû à une infestation de parasites. Parce que les acariens, les puces et autres provoquent des démangeaisons. Résultat : le chat se gratte de plus en plus et il y a une perte de poils et éventuellement aussi des rougeurs et des incrustations sur la peau.

Bien que certains parasites soient rapidement diagnostiqués et puissent être bien traités, il existe de nombreux autres spécimens qui ne sont pas si faciles à trouver et qui provoquent de graves picotements dans le pelage du chat.

Comme les parasites sont l’une des causes les plus fréquentes de la calvitie, le chat doit d’abord être examiné minutieusement par un vétérinaire.

Autres causes possibles : allergies et maladies

Presque aussi souvent, les allergies sont la cause de démangeaisons chez les chats. La poussière, le pollen, les produits de nettoyage domestiques ou une allergie alimentaire peuvent provoquer des démangeaisons et doivent être exclus comme causes par les tests d’allergie.

Surtout lorsque le chat est âgé, un toilettage constant peut également indiquer des troubles hormonaux tels que l’hyperthyroïdie. Si le chat présente d’autres symptômes de maladie, il doit également être examiné pour des causes organiques.

Le champignon de la peau comme cause de la chute des cheveux

Une autre cause fréquente de perte de poils importante chez les chats est une infestation par un champignon cutané, qui doit être traitée par un vétérinaire. Cette maladie provoque des démangeaisons et le pelage du chat présente des taches chauves rondes ou ovales.

Les zones de peau enflammées sont très désagréables pour l’animal, et le champignon cutané peut également être transmis à l’homme. Si vous constatez de fortes modifications dans le pelage de votre animal, vous devez rapidement consulter un vétérinaire, car les causes peuvent être très différentes et nécessitent des éclaircissements urgents.

Les causes psychologiques de la calvitie du pelage ?

Il n’a pas encore été clairement prouvé que le nettoyage constant peut être causé par des facteurs psychologiques. Si vous et votre vétérinaire soupçonnez que le stress, un déménagement, un nouveau membre de la famille ou une perte pourrait être la cause du comportement de votre animal, vous devez tout de même essayer de trouver une solution à un éventuel léchage nerveux et voir si les symptômes s’améliorent.

Les Fleurs de Bach, les remèdes homéopathiques et les parfums tels que Feliway peuvent être utilisés en concertation avec le vétérinaire pour appuyer cette démarche.

Causes des démangeaisons chez le chat

Les causes de démangeaisons chez le chat sont assez nombreuses.

Les parasites

Si votre chat se lèche et se gratte de manière frénétique, il est possible qu’il soit porteur de parasites. Les piqûres de puces sont la principale cause de démangeaisons. Les puces sont difficiles à éradiquer et peuvent entraîner des réactions allergiques importantes. Votre chat peut s’être fait piquer par des aoûtats. La gale des oreilles entraîne des démangeaisons importantes localisées. Les parasites digestifs peuvent causer un grattage intense, car les vers irritent le tube digestif.

Les allergies

Les démangeaisons peuvent être dues à des allergies variées. Il peut s’agir d’une dermite allergique aux piqûres de puces ou DAPP qui se révèle par des plaques rouges pouvant s’infecter. Une seule piqûre de puce peut suffire. Votre chat peut souffrir d’une atopie, c’est-à-dire d’une prédisposition d’allergie aux acariens, pollens. L’allergie alimentaire peut, elle aussi, pousser votre chat à se gratter de manière excessive.

Les troubles du comportement

Si votre chat est stressé, hyper-sensible, il peut manifester cette inquiétude en se grattant. Ces troubles du comportement rendent le chat anxieux et il marque son anxiété en se grattant de plus en plus.

L’acné du chat

Comme les humains, le chat peut avoir de l’acné. Ce sont des comédons qui s’accumulent et soulèvent le bulbe du poil. Elle est généralement localisée sous le menton et les lèvres mais peut devenir plus envahissante si le chat se gratte beaucoup. Un traitement antibiotique ou antifongique est alors nécessaire.

Causes de la chute des poils chez le chat

La chute des poils est normale durant la mue saisonnière mais elle ne doit pas devenir excessive ou localisée.

Les parasites

La chute des poils peut être causée par des parasites comme la teigne. Ce champignon microscopique provoque la chute des poils sur des zones arrondies de la tête, du dos, des cuisses. Elle est très contagieuse. D’autres parasites cutanés peuvent faire tomber les poils. C’est le cas de la gale et des puces dont les piqûres occasionnent du prurit et donc une chute des poils.

Les troubles du comportement

Certains troubles du comportement peuvent entraîner la chute des poils. Lorsque le chat est stressé ou hyper-sensible, il peut se lécher de manière frénétique sur les flancs et le ventre. En irritant la peau, il cause la chute des poils.

Les allergies

Les allergies peuvent entraîner une chute excessive des poils. Ce peut être le cas des allergies à la salive de puce, aux acariens, à la poussière, aux pollens. Les allergies alimentaires sont également en cause.

Les maladies hormonales

Les poils poussent sous l’effet des hormones. Quand la sécrétion est perturbée par des maladies hormonales, il peut y avoir une perte étendue de poils, symétrique sur les flancs.

Comment entretenir le poil de son chat ?

La bonne santé du pelage de votre chat passe prioritairement par une alimentation saine et équilibrée. Elle doit être suffisamment riche en protéines, acides gras poly-insaturés et en vitamine A qui sont les principaux agents de la beauté du poil. Un brossage régulier (au moins une fois par semaine) évitera la formation de nœuds. En période de mue saisonnière, il est possible de brosser plus souvent votre chat. S’il se salit beaucoup, un bain avec un shampoing spécifique peut être une solution. Si votre chat est parasité par des puces, un traitement en profondeur doit être réalisé. Pour les autres irritations, démangeaisons et chutes de poils, les conseils de votre vétérinaire sont indispensables.

Causes de la douleur à une patte avant ou arrière chez le chat

Des causes de claudication très diversifiées

La douleur à la patte chez le chat peut provoquer une claudication, parce qu’il lui est difficile de poser au sol le membre atteint, mais aussi une démarche de type sautillement sur trois pattes. Il faut garder à l’esprit que le chat est très résistant à la douleur et la manifeste peu. La blessure peut donc être plus ou moins grave, allant de la coupure au coussinet jusqu’à la fracture.

Principaux problèmes à la patte

Savoir reconnaître les problèmes à la patte est indispensable lorsque l’on possède un chat. Les blessures sont en effet fréquentes. Une coupure du coussinet peut se produire au contact avec un fragment métallique, un caillou, ou lors du franchissement d’une clôture. Le chat peut s’être arraché une griffe. Certaines chutes, mais aussi des combats entre chats, peuvent provoquer des blessures qui vont de la luxation à la fracture, en passant par les morsures.

Que faire si un chat a mal à une patte et boîte ?

Pourquoi le chat boîte-t-il ?

Avant toute chose, essayez de savoir pourquoi le chat boîte. L’examen du membre atteint peut se révéler difficile, si l’animal a très mal : il risque de griffer ou de mordre pour se défendre, ou encore ira se réfugier sous un lit ou un meuble. On peut alors se faire aider par une seconde personne pour inspecter les coussinets et parcourir très délicatement la patte à la recherche d’un œdème ou d’une plaie.

Traitement des problèmes à la patte

Une douleur intense impose une consultation rapide. Si, à l’inverse, l’animal semble aller bien, continue à manger et à jouer, il est possible d’attendre 24 heures. Les morsures nécessitent un traitement antibiotique et parfois le débridage opératoire de la plaie. Une petite coupure ou une épine relèvent d’une désinfection locale, par exemple à la Betadine.

Le chat se lèche tout le temps, pourquoi ?

Une propreté méticuleuse

Le comportement de toilettage permet à votre chat de maintenir la propreté de son pelage, d’en expulser les parasites et les corps étrangers.

C’est un comportement important et fragile. Important, parce qu’il occupe une part non négligeable du temps d’activité du chat, entre 10 à 30 %. Fragile, puisqu’il s’altère très facilement lors de modifications de l’environnement. Il est bien souvent, un des premiers symptômes des affections, comportementales ou non, du chat.

Généralement, le léchage, réalisé avec la langue et les membres antérieurs, est distingué du grattage, réalisé avec les postérieurs.

Le toilettage est quasiment systématique au réveil ou après une période de repos. Il concerne de nombreuses zones corporelles, en général d’abord la face. Puis un léchage lent et systématique du corps, de la tête vers la queue.

Les zones les plus léchées sont le pourtour de la bouche (après chaque repas, surtout avec un aliment humide), le cou, le thorax, les épaules et les antérieurs. Les autres zones corporelles reçoivent moins d’attention.

De la tête aux pieds

La toilette de la tête fait l’objet d’un véritable rituel. Le chat est toujours en position assise, il tend son antérieur à l’horizontale, puis lèche la face médiale de son membre ; il passe ensuite son antérieur, de l’arrière vers l’avant, par-dessus son nez dans un mouvement circulaire, qui progressivement s’étend du nez jusqu’à atteindre l’oreille (trois passages sont nécessaires pour atteindre l’oreille); le chat lèche sa patte à chaque passage, et s’en sert un peu comme d’un gant de toilette. Une fois l’oreille atteinte, l’antérieur passe successivement derrière l’oreille, sur le front et les yeux.

Lors du léchage, le chat emploie aussi ses dents pour attraper les parasites. Les incisives sont surtout utilisées pour nettoyer les espaces interdigités et pour démêler les touffes de poils agglutinés.

Vous pouvez déclencher des mouvements de léchage ou un réflexe de grattage en  passant la main sur les lombes ou en périphérie des oreilles de votre chat.

Une fonction apaisante

Mais, à côté de sa fonction utilitaire stricte, le toilettage a surtout une fonction neurobiologique majeure. Le fait de se toiletter déclenche une production endogène d’endorphines, ce qui donne à ce comportement une fonction anxiolytique qui explique l’apparition de séquences de léchage dans des situations de contrariété (lorsque votre chat vient de rater sa proie) ou de frustration (il voulait sortir, mais par la porte que vous lui ouvrez il découvre qu’il pleut). Le léchage permet alors à votre chat de se remettre de ses “émotions”.

Au-delà de ce qui est normal, un entretien régulier de son pelage et de son moral, il arrive que votre chat se lèche frénétiquement tout simplement parce qu’il a mal, soit sous le feu d’une inflammation (eczéma, allergie) ou sous l’offense des piqûres des puces. Par son léchage inhabituel, votre chat essaye de soulager une irritation ou une douleur, comme c’est le cas s’il passe beaucoup plus de temps qu’à son habitude à faire sa toilette intime, ventre y compris. Pour tenter d’apaiser la douleur provoquée par une cystite, certains chats en arrivent à ne plus avoir un poil sur le ventre. Pensez rapidement à consulter votre vétérinaire.

Le fait que le léchage s’accompagne d’une production d’endorphines, soulage bien évidemment votre chat, mais celle-ci s’accompagnant d’une libération de  dopamine, un neuromédiateur associé au plaisir, certains chats peuvent ne plus savoir s’arrêter et  adopter alors ce qu’il faut appeler des TOC, troubles obsessionnels compulsifs, ou comportements stéréotypés. Siamois, Abyssins, Burmeses (et les Himalayens, dans une moindre mesure), sont les trois races les plus représentées en matière de troubles compulsifs, automutilations, et destructions de lainage, etc.

La mère-chatte  en toilettant sa portée stimule ses chatons, les enveloppes, d’un coup de langue, de l’odeur de groupe qui va en faire leur unité ; elle peut aussi, parfois, briser leurs élans d’indépendance en leur coupant court les moustaches, et leurs perspectives d’exploration !